Les mille vies

D’abord j’ai écrit le roman, ensuite j’ai cherché les photographies. Elles sont toutes anonymes – je ne sais pas qui les a prises, ni qui figure dessus. Ce qu’il y a de merveilleux avec les photos anonymes, c’est qu’on peut leur donner une « nouvelle vie ». Quand j’identifie ces gens, quand je donne une date, un contexte, la photo vit de nouveau. Par ailleurs, quelques fois pendant mes recherches, je suis tombé sur des photos – dans des brocantes, sur des sites internet – qui étaient tellement bonnes que j’ai ajusté mon récit pour les incorporer dans le livre.

– Les mille vies d’Amory Clay, William Boyd 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *